Nouveaux Habitants

Port-Vendres où il fait bon vivre…La mer, la montagne, le soleil…

On ne choisit pas la ville de Port-Vendres au hasard, son cadre est apaisant, son port est divertissant, ses commerces sont accueillants.
Ville de 4 300 habitants, Port-Vendres connaît une activité touristique intense de mai à octobre, et toute l’année il est plaisant d’y résider.
Idéalement située au bord de la mer dans le cadre magnifique de la Côte Vermeille, on y est proche de l’Espagne voisine et des Pyrénées.

Vivre à Port-Vendres

Port-Vendres est une ville douce à vivre en été comme en hiver. C’est pourquoi nous nous employons à préserver cette ambiance de petit port méditerranéen où presque tout le monde se connaît.

Les quais sont un des principaux lieux de vie et d’animation, autour du port. S’y déroulent les nombreuses animations qui caractérisent le bien vivre à Port-Vendres : les Fêtes (Saint-Pierre, patron des pêcheurs, la Fête Catalane,…), les feux d’artifices qui sont tirés dans le Port (14 juillet), les vides-greniers…

Sur la place de l’Obélisque se tient le marché hebdomadaire du samedi matin. Autre sites importants : la place Castellane où sont implantés le Centre Culturel et le Ciné-Théâtre Le Vauban, et le Dôme (centre d’art et d’exposition) et ses jardins. 

Retrouvez toute les actualités de la ville, ici.

Une soirée est dédiée aux nouveaux habitants en février, qui permet à tous de faire connaissance.

découvrez votre ville

Un peu d’Histoire : 

Port-Vendres est surtout connu par son passé antique lié à la période gréco-romaine.

Mais ce que l’on sait moins, c’est que Port-Vendres est la seule ville française à avoir une place avec un Obélisque à la gloire de Louis XVI. De plus, en 1790 l’Assemblée Constituante, après avoir fait le choix du système métrique pour remplacer les anciennes mesures, a chargé François Arago de déterminer un lieu pour fixer l’origine des nouveaux calculs de nivellement de la France. C’est dans l’axe du bassin portuaire que fut placé un macaron de bronze, repère géodésique fixant le point zéro.

Victor Hugo écrivait en 1879 : « L’amnistie pleine et entière est désormais certaine. Laissez nous exprimer notre joie. La ville de Port-Vendres, en recevant si admirablement nos compatriotes a été la France entière. Nous remercions, attendris. » Cette lettre mérite explications : après les combats et les exécutions de la semaine sanglante de mai 1871, plus de 40 000 prisonniers furent jugés par les tribunaux militaires pour la commune de Paris. Sur la dizaine de milliers de condamnations, on compta 95 condamnés à mort et des milliers à la déportation (Nouméa et la Réunion). Il fallut attendre 8 ans pour le vote d’une amnistie totale. C’est ainsi que Port-Vendres accueillit les navires partis de Nouméa. Cinq bâtiments accostèrent à Port-Vendres avec plus de 1 500 communards de retour.

Le patrimoine de votre ville

Vos démarches