• Accueil
  • Miguel Caldentey - Participez au projet historique !

Miguel Caldentey - Participez au projet historique !

Pailebot Miguel Caldentey
Participez au projet historique d'un bateau classé monument historique !

L'HISTOIRE

Le bateau, construit par le maître charpentier Don Sebastien Llompart Mateu (spécialiste de la construction de pailebot à Palma de Majorque) est mis à l'eau en 1916. Il fait partie des derniers bateaux de charge construit uniquement pour une propulsion à la voile. C'est d'ailleurs une des raisons qui ont cantonné ce type de bateaux (les goélettes) au cabotage méditerranéen.

pmc

Baptisée sous le nom de Miguel Caldentey, propriétaire, la goélette catalane (ou pailebot) assurera le transport des agrumes, céréales et bois sur les côtes méditerranéennes. Les fruits transportés, essentiellement des oranges, étaient chargés en vrac et déchargés à la main par les femmes "les transbordeuses d'oranges".

Expo miguel 1

Ses principales destinations étaient Majorque, Valence, Barcelone, Port-Vendres, Sète et Marseille. La dernière traversée commerciale s'effectue le 3 octobre 1972. Le bateau est désarmé puis racheté l'année suivante par la "compagnie méditerranéenne des Goélettes".

En 1988, la Goélette est classée Monument Historique sous le nom de Principat de Catalunya. Mais plusieurs tempêtes endommagent le bateau qui sombre peu à peu dans l'abandon.

En 2005, les pouvoirs publics et des associations de sauvegarde du patrimoine maritime s'unissent pour lancer un ambitieux projet de récupération et de sauvegarde de ce monument.

000 1840
2006 10 22 Premier Levage 1
2007 01 30 Cpie Mandirac 8

LA RESTAURATION DE LA GOELETTE MIGUEL CALDENTEY

Actuellement, la restauration est en cours à Mandirac (dans l'Aude près de Narbonne), le long du Canal de la Robine au sein d'un chantier d'insertion confié au CPIE de la Narbonnaise d'abord dans le cadre du Plan Local d'Insertion par l'Economie, puis au Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée.
Après un long processus de sauvetage, la restauration a débuté en 2007. Depuis, la structure intérieure a été entièrement reprise afin de conserver les formes du navire et de le renforcer avant les travaux de réfection extérieure de la coque.

DSC 6827 copie
Afin d'associer le plus grand nombre, une partie des études historiques et techniques est confiée aux étudiants et aux écoles qui souhaitent participer au projet. Des jeunes peuvent ainsi intervenir à différents stades du projet, de sa conception à sa réalisation.

LE PROJET

L'objectif final est de faire naviguer ce bateau de charge classé monument historique.

Mais avant, il y a d'autres étapes et d'autres objectifs :
- Privilégier à chaque étape (de sa restauration à sa valorisation à flots) des actions de formation et de découverte du monde maritime.
- participer à la vie maritime de la côte catalane et devenir un de ses représentants.

Après restauration, le Pailebot retrouvera une place à flot pour participer aux rendez-vous de vieux gréements et de grands voiliers. Sa future gestion présentera un modèle économique durable unique en France à ce jour : une exploitation mixte à la voile, de plaisance en été et de fret en hiver.

LES CARACTERISTIQUES DU PAILEBOT MIGUEL CALDENTEY

  • Longueur à la flottaison : 24,62 m
  • Largeur hors tout : 6,55 m
  • Creux : 2,38 m
  • Franc bord : 0,268 m
  • Déplacement en charge : 186 t
  • Tirant d'eau : 2,60 m

Construction traditionnelle en pin
Gréement traditionnel en goélette à reconstituer (2 mâts, 417 m² de voilure)
Propulsion mécanique avec deux hélices

Découvrir le projet en vidéo :  lire la vidéo

DEVENIR PARTENAIRE DU PROJET

Vous souhaitez devenir un acteur du projet avec vos compétences ?
Vous aimeriez savoir de quelles façons soutenir ce projet ?
Vous souhaitez rester en contact et suivre l'évolution du projet ?

N'hésitez pas à joindre le SIVU : SIVU Pailebot Miguel Caldentey 8 rue Jules Pams - 66660 PORT-VENDRES

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ce projet a été élaboré au sein d'un comité de pilotage par les représentants de l'Etat (Sous-préfecture de Céret, DRAC), de collectivités territoriales (Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales, les communes de Port-Vendres, Argelès-sur-Mer et autrefois Banyuls-sur-Mer) et d'associations (autrefois le CPIE, Amics del Pailebot Miguel Caldentey, Patrim'eau).

Il a le soutien de la DRAC, de la Région Occitanie, du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise en Méditerranée, du Conseil Départemental des Pyrénées-Orientales, des communes de Port-Vendres et d'Argelès-sur-Mer. 

Le chantier de restauration est financé par l'Union Européenne, la DIRECCTE, la DRAC, le Conseil Départemental de l’Aude et la communauté d’agglomération du Grand Narbonne.

LES PARTENAIRES FINANCIERS DU SIVU

 

DRAC
REGION OCCITANIE
DEPARTEMENT DES PYRENEES-ORIENTALES
PARC NATUREL REGIONAL DE LA NARBONNAISE EN MEDITERRANEE
COMMUNE DE PORT VENDRES
COMMUNES D'ARGELES SUR MER
Union Européenne
DIRECCTE
Conseil Départemental de l'Aude
COMMUNAUTE D'AGGLOMERATION DU GRAND NARBONNE

LES ACTIONS DEPUIS LE DÉBUT DE LA RESTAURATION

Année 2009

2009, une année bien remplie : restauration, études, présentations

Restaurations

A Mandirac sur le chantier du CPIE de la Narbonnaise, les travaux ont bien avancé avec la réfection des membrures sur tribord, la pause des bauquières et des barrots de pont.  

Lors du cintrage et de la pose des barrots, le travail assez spectaculaire a pu être filmé. 

A l'avant la carlingue a été déposée et des fourches, pièces prises dans des départs de branches, ont été remplacées.

narbonne 166

Etudes

En février des ingénieurs motoristes français (DMA) et allemands (hs-marine) ont visité la goélette pour envisager les possibilités de propulsion mécanique en respectant les passages de lignes d'arbre existantes.

Au mois de mai, le musée maritime de Barcelone transmis à la mission patrimoine maritime du conseil généra un dossier technique sur le gréement. Ces documents sont constitués de   données récentes sur la restauration de la Santa Eulalia et d'archives sur le gréement des pailebots datant de la fin du 19° et début du 20° siècle. Ils serviront de référence pour l'étude des pièces du gréement qui doit débuter en 2010. 

L'association de " França a la Vall de Soller" a commencé une recherche historique à Majorque . Les premiers documents retrouvés donnent actuellement plus de renseignement sur la vie du bateau que sur le chantier de construction. C 'est un nouveau pas dans la construction du projet d'échanges franco-catalans qui soutient la restauration du Pailebot.

 

yachts sans

 

Monsieur Jean SANS, de la société Experts Yachts a réalisé fin octobre un relevé de carène avec des mesures photogrammétrique. Après la pose de cible sur la coque à bâbord (coté canal), une série de photographie et son traitement informatique ont permis de fournir des fichiers numériques qui permettent de modéliser la forme extérieure de la coque et de faire des mesures de stabilité.

A partir de ces éléments, les différentes études d'aménagement pourront être reportées sur des plans précis et actualisés.

 

 

Présentations

Pour présenter les travaux, Charles Daney de l'association "els amics de la barca N.D. Consolation" a réalisé une vidéo dans laquelle la phase d'étuvage est particulièrement bien illustrée.

Découvrir le clip vidéo ici

Pendant les Journées Européennes du Patrimoine le 3ème week-end de septembre, les visiteurs ont pu s'arrêter sur le chantier et voir l'avancement des travaux de l'intérieur. Coup d'oeil qui n'a rien à voir avec un simple passage sur la route à coté du chantier.

Année 2010

Charpente à Mandirac 

Les travaux réalisés par l'équipe du CPIE sous la direction de Yann Pajot ont permis de continuer dans la foulée de 2009.

  • des travaux sur les membrures et le barrotage 
  • la mise en place des différentes serres (que l'on voit sur le film) 
  • la dépose du tableau arrière
  • la mise en place d'allonges formant jambettes sur la partie arrière 
  • une reprise de la carcasse et de la jaumière 
  • la préparation du remplacement de la quille

Au cours du comité technique de juin une évaluation de l'état de la charpente après la dépose des serres et de quelques bordés a permis d'envisager des travaux non prévus dans la première évaluation.

2010

Travail sur la jaumière

dépose tableau arrière 2010

Dépose du tableau arrière

Stages étudiants :
Deux stages ont été effectués par des étudiants 

  1.  Exploitation : Tania Simon, école de commerce Reims avec pour tuteur Thierry Henriot (Bateaux d'Ulysse). Cette étude met en relief les différentes contraintes réglementaires et financières de l'exploitation et propose des pistes pour l'exploitation. 
  2. Motorisation (1ère partie) électricité (2ème partie) : Felipe Castro, école centrale de Nantes avec pour tuteurs Martin Luc  Bonnardot (mission patrimoine maritime) et Alain Lauratet (Amis de la barque). La première partie de cette étude permit d'envisager toutes les motorisations possibles à partir des calculs hydrodynamiques, y compris des solutions non exploitées actuellement sur ce type de bateaux (POD, inboard électriques...). La seconde partie fait un bilan de consommation à partir des choix d'exploitation et propose plusieurs solutions techniques pour la production d'électricité. 

Recherche et valorisation par les Associations

L'Association França a la Vall de Soller a mené des recherches historiques (archives et recueil de témoignages) à Majorque.

En lien avec l'émission Thalassa de TV3 (Catalogne) les associations navigantes (les amis de la barque, amics de la mar) ont remonté le canal de la Robine jusqu'au chantier de Mandirac.

Année 2011

Restauration

Pour tous ceux qui regrettaient de ne rien voir de l'extérieur, les travaux sur l'arrière et sur la quille sont plus spectaculaires :

  • Le tableau arrière est déposé et la quille a été remplacée par deux nouvelles pièces reliées par un trait de jupiter, 
  • Pour cela il a fallu monter avec des crics le bateau de 5 cm  (en février), apporter les deux pièces depuis l'atelier et creuser dans le sol pour enfiler les boulons galvanisés faits sur mesure. 
  • La mise en place de la quille, donne une nouvelle silhouette à la coque. Elle repose maintenant sur un long trait blanc qui attend à ses extrémités deux courbes remarquables, le talon et le brion. 
  • A partir du printemps la structure longitudinale ainsi reprise deux actions peuvent se dérouler : 
  • les allonges arrières formant jambettes sont mises en place 
  • La majorité des bordés sont déposés et l'ont peu voir la goélette avec des couleurs d'automne, habillée de quelques nouveaux bordés en mélèze.
  • Avant de les fixer, l'équipe de charpentier prépare les bordés sur le terre plein près de l'atelier. 
  • Une première série de bordés a été débitée et mise en place, en reprenant la répartition méditerranéenne existante; pour parer au retraits dus au séchage, un bordé sur deux est fixé sur les varangues, membrures et allonges.

2011

Rehaussement du bateau de 5 cm pour le remplacement de la quille

goelette octobre 20111 narbonne 10

Préparation des bordés

trait jupiter central 1

Trait de jupiter central

Recherche et valorisation 

L'association França a la Vall de Soller a continué ses recherches historiques et présenté au Sivu la première mouture d'un film avec l'interview du dernier capitaine qui a ramené le bateau à  Port-Vendres en 1973.

http://afvsoller.blogspot.com/

Les différentes associations participant au comité de pilotage se sont regroupées au sein d' "els amics del pailebot Miguel Caldentey" et ont continué leur soutien aux actions de présentation du projet au cours de visites, conférences, journées du patrimoine.... 

Au cours des réunions du comité syndical et d'un comité technique (décembre 2012) les différents aspects abordés (statutaires, financiers, techniques) ont permis un suivi détaillé du projet. Il a été décidé de continuer en 2012 les recherches sur l'exploitation, l'étude sur le gréement et de faire un point d'étape abec un comité de pilotage à la fin du premier semestre.


Une présentation vidéo et de l'avancée des travaux a été réalisée par "els amics" pour le Sivu; elle est disponible ci-dessous. 

Pailebot Miguel Caldentey chronique d'une restauration (bientôt en ligne)

 

Année 2012

Les travaux réalisés en 2012 sont les suivants 

A - Continuité de restauration de la charpente axiale :

A l'arrière

  • Réalisation et pose du talon de quille
  • Réalisation et pose du contre étambot
  • Réalisation et pose de l'étambot

2012 09 Avancement Goélette 157

A l'avant

  • Réalisation et pose de la crosse d'étrave
  • Réalisation et pose de la contre étrave
  • Réalisation et pose de l'étrave
  • Reprise de la figure de proue (hors portrait) et intégration de la pièce d'origine sur la nouvelle étrave
  • Reprise du brion d'étrave

16 2012 etrave déposée

Dépose de l'étrave d'origine

B - Fin de restauration de la charpente transversale :

  • Remplacement des dernières varangues et pose
  • Réalisation et pose de la nouvelle lisse de hourdi (pièce imposante en arc de cercle qui vient recevoir la structure du tableau arrière)permettant désormais d'entreprendre la repose de la voute et du tableau du bateau.

Cette étape réalisée permettra à la coque de retrouver sa silhouette originelle.

C - Continuité du bordage : 

  • fin de bordage de la coque ; un bordé sur deux 
  • début de fermeture des bordés manquants par pose de clefs

2012

L'ensemble des bordés posés à ce jour avoisine les deux tiers de la couverture de la coque.

Un comité de pilotage a eu lieu en présence de son Président, Monsieur le Sous- Préfet de Céret, sur le site du chantier d’insertion (Mandirac) en date du 3 octobre 2012.

Fin de la collaboration avec le Centre Permanent d'Initiative pour l'Environnement (CPIE) du Pays Narbonnais dont la dissolution a été prononcée pour le 31/12/2012.

Le chantier d'insertion, toujours sous l'autorité de M. Yann Pajot, charpentier de Marine, poursuivra son activité sous l'égide du Parc Naturel Régional de la Narbonnaise.

Année 2013

Les travaux réalisés en 2013

Une convention de partenariat a été conclu entre le SIVU Pailebot Miguel Caldentey et le Parc Naturel de la Narbonnaise pour poursuivre les travaux jusque là réalisés par le CPIE de la Narbonnaise. Les travaux sont toujours dirigés par Yann Pajot. Les travaux ont donc été interrompu entre janvier et juillet 2013.

2013 02 06 2

Durant le second semestre les travaux suivants ont été réalisé :

  • pose de l'étrave et de la contre étrave
  • pose de la figure de proue
  • pose de l'étambot et du contre étambot et lisse de hourdi et entretoises
  • bordage du bateau (80%)
  • façonnage de toute la charpente avant qui sera posée début 2014
  • gabariage et débit des plats bord de pont
  • débit des épontilles
  • débit des allonges de tableau

2013 02 06 1

 

 

 

 

 

 

Année 2014

État d'avancement de la restauration au mois de juillet 2014

L’ensemble de la charpente transversale a été restaurée.

DSC 0036

L’ensemble des couples ont été restauré en fonction du choix de restauration validé en comité de pilotage.

  • Devant les parties cachées et non visibles alors, le pourcentage de restauration s’est vu accru de manière conséquente comme cela avait été notifié lors du dernier comité technique afin que la cohésion de la coque puisse répondre au cahier des charges lié à un bateau en navigation.
  • Seule la varangue N°24 arrière reste à fixer. Réalisée, elle se trouve en position.
  • La pièce d’arcasse a pu être conservée après réparation.
  • La lisse de hourdi, entretoises, (tube de jaumière à réaliser) ainsi que toute la structure supportant les allonges de voûte ont été remplacées en totalité devant les constatations d’état lors du démontage.

Suite à l’arrêt du chantier en 2013, certaines pièces non protégées sur cette période ont vu leur état se dégrader au point de devoir être reprises également. (ensemble de tête de membrure sur l’arrière)

WP 20140225 009

Charpente axiale

L’ensemble de la charpente axiale a été remplacé.

Elle comprend :

  • Une quille de 22 mètres linéaires en deux morceaux assemblés en trait de Jupiter,
    re-boulonnée de neuf par boulons Japy en acier galvanisé à chaud d’un diamètre de 26 mm chacun.
  • Une crosse d’étrave
  • Pièce d’étrave
  • Une contre étrave et deux joues d’étrave
  • Une repose de la figure de proue : La pièce d’origine a été restaurée structurellement par nos soins ainsi que le décapage et la reprise de la première volute avant repose.
  • Un talon de quille
  • Un étambot
  • Un contre étambot

Les guirlandes reliant la charpente axiale et transversale ont été refixées.

La guirlande arrière a été refaite en totalité et reste en attente de pose.

Elle se trouve en position.

Structure de pont

L’étuvage et la pose du barrotage est terminé de l’étrave au tableau y compris gaillard d’arrière

DSC 0015 copie

Bordage de coque intermédiaire

L’ensemble du bordage de coque un sur deux est terminé.

Devant la perte des répartitions des bordés initiaux, ce poste s’est vu alourdi de manière conséquente.

En effet en vue de conserver cette répartition propre aux constructions méditerranéennes, cette répartition a été recalculée pour remettre le bordage dans sa configuration d’origine.

Bordage de coque final

L’ensemble de la pose du bordage de coque est finalisé.

Cette peau a été réalisée selon le cahier des charges validé en comité de pilotage ;

Bordage de 7 cm d’épaisseur en mélèze de haute altitude.

L’ensemble des longueurs de bordé sortant de plateaux en plot de dix ,neuf et huit mètres de long.

Chaque écart de bordé étant distant l’un de l’autre d’au moins quatre mailles dans la mesure du possible.

La fixation représentant la pose de 15.000 goujons cylindriques de douze mm de diamètre par 140mm de long en acier galvanisé à chaud.

A ce jour, la coque est fermée. L’ensemble reste à l’état brute est doit être paré avant le début de calfatage

Pavois de pont

Les jambettes du gaillard d’arrière sont posées coté bâbord et tribord.

Les jambettes du pont principal sont posées de la 17 AR à la 1 AV coté bâbord et tribord

Les couples n° 24 et 25 simples et sortant ont été remplacés.

Les apôtres d’étrave sont réalisés.

Les numéros 5 bâbord et tribord sont en place.

La pose successive des autres se faisant en lien avec l’avancée du montage.

L’ensemble cité ci-dessus représente à ce jour la pose de 50 % de la structure de pavois.

L’ensemble des allonges de voûte est réalisé et en attente de pose.

Plat bord de pont

Les plats-bords de pont sont réalisés coté Bâbord et tribord sur deux tronçons avoisinant les neuf mètres linéaires chacun.

Les tronçons bâbord et tribord du couple 17AR au 1av sont posés et donc armés des jambettes

Chaque tête de membrure initialement restaurée ont été enlevé afin de les remplacer par les pieds de jambette. 

La structure de pavois étant alors remise dans sa configuration d’origine.

Devant les difficultés techniques liées au transport de retour notamment, il avait été acté de réaliser un pavois avec jambettes rapportées type barque catalane.

La reconstruction de la structure de voûte imposant la pose des oreillettes, perdant ainsi le tirant d’aire de transport, cette concession n’avait plus raison de modifier la qualité de la restauration.

Ce choix interne est venu cependant alourdir encore la tâche.

DSC 0138

Année 2015

État d'avancement de la restauration Année 2015

Bordage de coque 

L’ensemble du bordage de coque est finalisé depuis juillet 2015.

Seul un ensemble de clés reste à poser sur la partie arrière laissé ouvert pour des facilités de pose du tube de jaumière notamment.

Idem pour les deux bordés de voûte situés sur la rehausse du gaillard d’arrière.

DSC 0075

Plat bord de pont 

L’ensemble des plats- bords de pont principal est finalisé, posé et armé des jambettes de pavois.

Pavois de pont 

L’ensemble des jambettes de pavois est finalisé du gaillard d’arrière à la proue.

L’ensemble des apôtres sont finalisés jusqu’au numéro 5, les deux manquants sont en attente de pose en lien avec l’avancée du montage.

WP 20150715 006

Bordage de pont 

L’épine centrale est posée de la rehausse du gaillard d’arrière à l’étrave.

Le pont principal est bordé en totalité en mélèze de 70mm d’épaisseur ( au sciage).

L’ensemble des fixations sont taponnées soit un total de prés de 10 000 tapots.

L’ensemble est à ce jour calfaté en totalité et mastiqué.

Le pont principal est mis en protection par trois couches de peinture et sablé pour des questions d’antidérapant et de protection.

L’ensemble des ouvertures sont réalisées ; à savoir la descente au pic avant, le panneau de chargement et la descente à la salle des machines.

WP 20150521 005

Structure de pont   

L’ensemble des contre-hiloires de panneau sont posés avec entretoise entre barrotin.

La liaison contre-hiloire, barrot , bordage étant assurée par boulonnage (boulon Japy de 12mm de diamètre).

Les étambrais de mat intérieurs sont réalisés et posés pour les deux mats.

L’ensemble des contre-épines est posé du gaillard d’arrière à la guirlande.

L’ensemble du contre bordage est posé sur la partie axiale de la rehausse du gaillard d’arrière à la guirlande avant avec appui.

Les deux rangs bâbord et tribord du contre bordage le sont également.

L’ensemble du système d’épontillage a été réalisé et repositionné par mortaisage successif de l’épine et de la carlingue (reprise de l’existant).

L’ensemble des systèmes de montée a été reproduit pour les pièces neuves ou conservé pour les autre.

WP 20150715 009

Mise en préparation de coque

Le parage de coque est réalisé sur un ensemble avoisinant les huit rangs coté bâbord et tribord.

Cette étape a été précédée par la refrappe de l’ensemble de la fixation concernée et le blocage définitif du boulonnage des hauts de coque.

Les parties traitées ont reçu un traitement à saturation d’huile de lin en attente du début d’étanchéité.

2015 09 3

Année 2016

Les travaux réalisés en 2016

 

  • Début du calfatage

calfatage

  • Enduit et peinture au-dessus de la ligne de flottaison

2016

  • Travail sur le tableau arrière

2016 11 1

  • Table de jaumière

nov 2016 jaumière

Etude

Loïc Schalber, stagiaire à l'Ecole Centrale de Nantes a réalisé un stage de 4 mois durant l'année 2016. L'objet du stage portait sur une étude stabilité du navire.

 

 

 

Année 2017

Les travaux réalisés en 2017

Cette année, les travaux ont continué sur :

  • le tableau arrière
  • 2017 05 18 4

 

  • le pavois est couronné par le plat bord. La ligne extérieure du bateau est bien visible, d’autant que le traitement en blanc des œuvres mortes permet d’imaginer une ligne de flottaison.
  • Sur le pont, le gaillard d’arrière est maintenant bordé et la structure du gaillard d’avant, laissant passage au mât de beaupré encore visible.

DSC 6876

Définition des espaces dans la cale :

  •  Mise en place des deux cloisons du compartiment machine et de celle séparant la cale de fret du poste d’équipage transforme la vue intérieure du bateau. Dire qu’il va falloir insérer deux moteurs, la génératrice, les citernes, les couchages, la cuisine….dans ces espaces ! Des belles photos d’enfilées de varangues et membrures, on passe à la réalité d’espaces où chaque objet a une place précise. Heureusement que l’on vit beaucoup sur le pont

2017l

2017

De nombreuses réunions avec les différents partenaires :

  • Des comités techniques furent réunis  en mai et en novembre. Les représentants du Sivu, de la Drac-MH, de la mission patrimoine maritime du conseil départemental, de l’éducation nationale, de l’association des amis du pailebot, du chantier, l’assistant à maitrise d’ouvrage et des consultants, peuvent ainsi présenter les avancées de leurs travaux.

ct2017

Etudes et stages :

  • Pour le retour du bateau dans les Pyrénées Orientales, il fallait envisager  les possibilités de transport et trouver une place au port pour finir l’armement. Trois étudiants en BTS Transport et Prestations logistiques du lycée de Céret et des membres de l’association Els Amics del Pailebot Miguel Caldentey étudièrent les différents parcours possibles et évaluèrent leurs coûts. Pour le port d’accueil, les discussions continuèrent t pour trouver un emplacement satisfaisant. Il faut en effet choisir  une place à quai où l’on puisse accueillir le chantier en toute sécurité, quelque soient les phénomènes météo et rendre visible au public le travail de restauration. En fin d’année, le Sivu et les responsables portuaires ont défini  un accord pour l’installation du bateau à Port-Vendres.

transport

  • Complétant les relevés de 2016, quatre élèves de la section EDPI (étude et définition des produits industriels) du lycée de Prades ont effectué en décembre des relevés 3D  du pont et de l’intérieur avec les cloisons en place.

  • En  préparation de l’exploitation, une stagiaire étudiante à l’école supérieure de commerce Audencia de Nantes a réalisé une étude sur l’exploitation commerciale de la goélette.

 

 

Année 2018

Les travaux et actions réalisés en 2018

Le pavois babord est terminé.

A l'intérieur :

  • Peinture en deux couches
  • Reprise de membrures
  • Mise en place de varangues sur la partie arrière
  • Montage long et difficile du couronnement et du tableau arrière

Grâce à la découverte de nouvelles photographies anciennes et des morceaux du décor du flanc arrière , Yann Pajot et son équipe ont pu serapprocher au maximum de la configuration et du mode opératoire d'origine.

De nombreux détails d'importance ont été réalisés :

  • taquets
  • finition du gaillard d'avant
  • entourage des descentes

L'année a aussi été marquée par la préparation du retour du Miguel Caldentey dans le département des Pyrénées Orientales. Le SIVU et l'Association Els Amics del Pailebot Miguel Caldentey se sont mobilisés.

  • présentation du projet à diverses fêtes nautiques (Escale à Sète, à Port-Vendres lors de la venue de l'Hermione, Arenys de Mar, Paulilles)
  • réunions avec les partenaires et les responsables du port
  • recherches de financement
  • Signature d'une charte de partenariat avec un grand nombre d'acteurs de la formation professionnelle (Campus des Métiers et des Qualifications Gastronomie, Hôtellerie et Tourismes, Lycée Christian Bourquin, Campus des Métiers et des Qualifications du Nautisme, Lycée Rosa Luxembourg, Campus des Métiers et des Qualifications du Transport, Logistique et Commerce de Gros Occitanie, Lycée Déodat de Séverac, GRETA des Pyrénées-Orientales, Plateforme Technologique des Pyrénées Orientales et de l'Aude, Lycée Alfred Sauvy, Lycée Charles Renouvier, Institut Nautique de Méditerranée, Institut Médico-Educatif "La Mauresque". Cette charte étant ouverte à tous d'autres structures s'apprêtent à rejoindre l'aventure.

Cette année le lycée de Prades, la Plateforme technologique de l'Aude et des Pyrénées-Orientales, l'INM, le Collège d'Argelès et l'Atelier des Barques (Mission Patrimoine Maritime des Pyrénées Orientales) ont ainsi travaillé de concert pour la modélisation du pailebot et la réalisation d'une descente d'accès du pont vers la cale.