Le port + affrêtement
Le mot du Maire
Conseil municipal
Conseil municipal des enfants
Etat civil - Démarches et formalités administratives
Marchés Publics
Police municipale
Scolarité, sport, culture.
Services Techniques
Urbanisme
Partenaires sociaux
Recueil des actes administratifs
C.C.A.S
Gestion des risques
Parole à M. le Maire
Journal Municipal Le Port-Vendrais
Animations
Cinéma-Théâtre Le Vauban
Centres d'expositions
Cérémonies patriotiques
Centre Culturel
Associations
Villes Jumelles
Bibliothèque
Découvrir Port-Vendres
Hébergements
Restaurants et Dégustations
Sites et Visites
Les activités à Port-Vendres
Animations, cinéma, expos...
Commerces et services
Pailebot Miguel Caldentey
Nous contacter
Accès et contact
Partenaires
Météo
Développement Durable
Devenez éco-citoyen !
Agenda 21
Les rendez-vous du développement durable
Actualités
Biodiversité

Port-Vendres, port d'Histoire

 

 

 

 

Tradition maritime  

Bien avant d'être un port du Royaume de Majorque au XIIIème siècle, Port-Vendres était déjà connu au VIème siècle avant J.C par les navigateurs grecs sous le nom de " Portus Veneris " (Le port de Vénus). Abri naturel depuis tout temps, Port-Vendres a toujours connu une activité maritime.

A partir de 1838, la France s'intéressant aux potentialités économiques avec l'Afrique du nord, des travaux d'extension et d'amélioration sont entrepris et permettent à Port-Vendres de devenir un port de commerce important (« la traversée la plus courte dans les eaux les plus abritées »). Le trafic de marchandises et de passagers prospère et ne cesse d'augmenter jusqu’en 1962. 

Au Cap Béar, au sud de la ville, le phare et le sémaphore surveillent la côte.

 

Une position stratégique à défendre…


De par sa position stratégique maritime et sa proximité des frontières historiques, Port-Vendres a fait l’objet de beaucoup d’attention de la part des bâtisseurs militaires.

 

Le tournant historique de la ville se situe aux alentours de 1659, lorsqu’après le Traité des Pyrénées, le Roi Louis XIV charge Vauban de faire de "Port-Vendres" un port de guerre. Même si Vauban ne pourra pas terminer ses travaux, il laissera dans la ville 3 monuments qui ont assuré la défense du port : La Redoute du Fanal, La Redoute Béar, La Redoute de la Presqu’île (elle a été démantelée pour agrandir le port dans les années 1930. Aujourd’hui ne subsiste que la Tour de l’Horloge). A cette époque, Port-Vendres était le port de Collioure. Port-Vendres deviendra commune en 1823.

Entre 1870 et 1886, un second système de défense est mis en place sur un arc de cercle situé à une altitude moyenne de 500m et une distance de 3,5km de la ville : les batteries de Taillefer, des 500 et le fort de la Galline et autre ouvrages militaires sont construits. Ils sont visibles en empruntant la Route des Crêtes.

Pendant la seconde Guerre mondiale, ce sont des blockhaus qui seront installés au sud et au nord de la ville, toujours visibles au Cap Béar et sur la colline de la Mauresque.

Aujourd’hui encore, les militaires occupent le Fort Béar qui domine la ville et la côte rocheuse.

 

Richesse patrimoniale

 

Ne vous y trompez pas, à Port-Vendres, le Musée c’est d’abord la ville !

Les monuments voulus par Vauban occupent une place importante autour du port.

Puis, sous le règne de Louis XVI, c’est le Comte De Mailly, Lieutenant Général du Rousillon, qui reprend la construction de la ville et fait ériger un Obélisque à la gloire de son Roi. L’Obélisque, la Caserne du Fer à Cheval, le Dôme et ses jardins forment alors un ensemble majestueux au cœur de la ville.

L’Eglise colorée du XIXème, le monument aux morts réalisé par le sculpteur catalan Aristide Maillol, et les différents monuments commémoratifs de la ville… sont à découvrir

 

La Redoute Béar abrite l'exposition sur l'Algérie Française et Sidi Ferruch.

Une expostion permanente sur Charles Rennie Mackintosh est à découvrir dans les bâtiments du Jardin du Dôme.

 

Paulilles, une histoire singulière


L’anse de Paulilles est une vaste baie adossée aux contreforts des Albères (à 3km du centre ville direction Banyuls-sur-Mer). Elle accueille 3 plages (surveillées en juillet et août) dominées par les roches vermeilles, les vignes en terrasses et une végétation méditerranéenne et exotique exceptionnelle.

Le paysage est également marqué par l’émergence de différents bâtiments et d’une cheminée de briques. Haute de 35m, celle-ci est révélatrice de l’histoire de Paulilles puisque le site fut occupé par une dynamiterie créée par Nobel. Cinq générations de catalans y ont travaillé de 1870 à 1984, formant un véritable village ouvrier sur le site.

Ouvert au public à partir de juin 2008, le site est réhabilité et devient un lieu de mémoire, témoin de l’histoire ouvrière de Paulilles. Le promeneur y trouvera : la maison de site (accueil et expositions), le jardin du directeur, la grande halle, la vigie (vue panoramique du site) et la cheminée

Pour en savoir plus... sur le Site de Paulilles, cliquez ici


 

 

 

 

 








fond de site
 


Contacts :
Office de Tourisme de Port-Vendres - 1, Quai François Joly - 66660 Port-Vendres / Tél. 04 68 82 07 54 - Fax. 04 68 82 62 95 -
Mairie de Port-Vendres - 8 rue Jules Pams - 66660 Port-Vendres / Tél. 04 68 82 01 03 - Fax. 04 68 82 22 33 -